lunduniversity.lu.se

Corpus Écrit de Français Langue Étrangère

Humanistiska och teologiska fakulteterna | Université de Lund

Le sous-corpus transversal

La production écrite des apprenants dans la tâche Le voyage en Italie, a été étudiée plus en détail dans Ågren (2008). Quatre groupes d’apprenants à des niveaux morphosyntaxiques différents ont été comparés quant à la production écrite du marquage et de l’accord en nombre.

Le voyage en Italie correspond à la troisième tâche à accomplir dans le projet et elle a été écrite en février 2004. Seuls les débutants font exception à cette règle puisqu’ils ont écrit le texte au mois de mai 2004. Cette tâche élicite fortement le nombre, ce qui a favorisé la production de plus d’occurrences au pluriel que pour d'autres tâches. En outre, les adjectifs, qui sont des éléments rares dans les textes d’apprenants L2, sont activement élicités par des couleurs et des différences de nationalité, de taille, etc. Par conséquent, ces textes d’apprenants contiennent un nombre assez élevé d’adjectifs par rapport aux autres tâches du corpus.

Les groupes d’apprenants et les critères linguistiques

Dans le but d’effectuer une étude détaillée de l’évolution de la morphosyntaxe des apprenants du français, nous avons regroupé les apprenants du corpus selon leur profil grammatical (Bartning et Schlyter, 2004). Étant donnée que le niveau des apprenants dans la même année d'étude est extrêmement hétérogène, nous avons évité de classer les apprenants suivant leur année d'étude du français. Il s'avère que le nombre d'années d'étude d'une langue n'est pas un bon indicateur du niveau linguistique obtenu (Bardovi-Harlig, 2000 : 433). Nous avons donc opté pour les critères linguistiques de Bartning et Schlyter (2004) qui permettent le regroupement des apprenants d’après leur profil grammatical. Ces auteurs proposent six stades de développement, décrits comme des profils grammaticaux, qui s’étendent du début de l’acquisition jusqu’au niveau quasi natif du français.

Chaque texte de la tâche Le voyage en Italie a ainsi été évalué à partir de ces critères grammaticaux du tableau 2 et associé à un stade de développement entre 1 et 4 (les deux niveaux les plus avancés n’existent pas dans ce corpus). Le modèle empirique de Bartning et Schlyter (2004 : 282) se montre avantageux puisqu’il contient un grand nombre de critères linguistiques qui peuvent être pris en compte. La somme des observations linguistiques sur un texte permet la plupart du temps d'assigner un texte à un stade spécifique. Le résultat correspond à des groupes ayant un profil linguistique général relativement homogène. Les principaux critères employés pour le regroupement des apprenants se trouvent exposés dans le tableau 2.

Les quatre groupes qui sont formés à partir de ces critères pourront constituer la base d’une comparaison transversale. Nous avons renommé les stades 1 à 4 de Bartning et Schlyter (2004), qui se réfèrent à l'oral, et les appelleront désormais stades A, B, C et D. Les pseudonymes employés pour distinguer les divers apprenants entre eux ont été choisis de telle manière que les apprenants du stade A ont des prénoms qui commencent en A (Anna, Anders…), les apprenant du stade B ont des prénoms qui commencent en B (Béatrice, Bertil…) et ainsi de suite pour les stades C (Carl, Carolina…) et D (Daniella, Dennis…). Pour des raisons pratiques, les scripteurs du groupe contrôle ont des pseudonymes qui commencent en E (Étienne, Elsa…). L’idée est de faciliter la lecture des exemples et des extraits de textes en rendant possible l'identification du stade auquel appartient un apprenant, voir le tableau 3. 


Tableau 2: Principaux critères pour le regroupement des apprenants du corpus CEFLE selon les stades 1 à 4 établis par Bartning et Schlyter (2004)

CRITÈRES PRINCIPAUX Stade 1 Stade 2 Stade 3 Stade 4 Contrôle
Organisation de la phrase NUO/IUO/FUO IUO/FUO FUO FUO FUO
Finitude Formes non fin. dans un contexte fini (fréquentes) Formes non fin. dans un contexte fini (moins fréq.) Surtout des formes finies, mais aussi quelques formes non finies dans un contexte fini Formes finies Formes finies
Accord selon la personne Formes courtes,
pas d'opposition
Nous V-ons
Pers. sg.
Copule
Oui Oui Oui
Temps Présent Présent
(Futur périph.)
(Mod+inf.)
(PC)
Présent
Futur périph.
Mod+inf.
PC
(Imparfait)
Présent
Mod+inf.
PC
Imparfait
Futur simple
Conditionnel
Présent
Mod+inf.
PC
Imparfait
Futur simple
Condition.
Passé simple
Mode Indicatif Indicatif Indicatif Indicatif
(Subjonctif)
Indicatif
Subjonctif
Opp.asp. PC/Imp Non Non Non Oui Oui

Légende : Forme courte : une forme neutre au singulier (parle) peut être employée dans n’importe quel contexte fini (nous parle, ils parle, vous parle); Nous Vons : l'emploi de la 1pl avec la désinence -ons (nous parlons, nous mangeons) ; Futur périph : le futur périphrastique (il va faire, ils vont aller) ; Mod+inf : le verbe modal suivi d'un infinitif (il veut faire, ils peuvent aller) ; PC : passé composé ; Imp : imparfait, Condition. : conditionnel. Opp.asp PC/imp : l'opposition aspectuelle entre l’emploi du passé composé/passé simple et de l’imparfait dans un contexte au passé.


Tableau 3 : Description générale des stades du sous-corpus transversal

N Répartition sur année d'étude Longueur de texte Résultat du test de niveau (max.60)
Stade A 16 1re, 2e, 4e 130 12,2
Stade B 30 1re, 2e, 4e 202 21,4
Stade C 30 2e, 4e, 5e 276 37,5
Stade D 30 4e, 5e, 6e 406 51,5
Contrôle (E) 30 335 -